Agri49
Accueil > Actualités

Bovins : les règles pour l’abattage d’urgence des bovins se sont durcies à compter du 1er octobre 2018

Aurélien Teneze
Le 17/10/2018 à 16:03 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Envoyer à un ami I Imprimer cet article
Bovins : les règles pour l’abattage d’urgence des bovins se sont durcies à compter du 1er octobre 2018
©agri49

Les bovins accidentés ne peuvent plus être transportés.En Pays de Loire, on estime de 8 à 10 000 le nombre d’animaux qui sont concernés.

Les services de l’OAV (Office Alimentaire et Vétérinaire de l’Union européenne), lors d’un contrôle dans les abattoirs français, ont relevé des « non conformités majeures » concernant le transport des bovins accidentés et ont sommé la France d’appliquer strictement la réglementation européenne. La DGAL (Direction Générale de l’Alimentation) a fait évoluer le CVI (certificat vétérinaire d’information), mais surtout durcit leur interprétation relative au transport des bovins accidentés. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle réglementation mais du durcissement de la réglementation existante.

Les conséquences :

L’application plus stricte du texte vise à interdire le transport des bovins blessés. Les bovins qui ne présentent pas d’aptitude au transport doivent être abattus à la ferme (assommés et saignés) ou euthanasiés. C’est le vétérinaire qui juge si l’animal est transportable dans des conditions de bien être satisfaisantes. La DGAL a ainsi rédigé deux CVI :

-    l’un pour les animaux légèrement blessés pouvant être transportés à l’abattoir,

-    le second pour les bovins abattus à la ferme et dont les carcasses (avec le cuir et les abats) doivent être acheminées vers un abattoir pour l’examen sanitaire avant leur mise sur le marché.  

Par exemple, il ne sera plus possible de transporter les vaches équasillées à l’abattoir. Le ministère considère également que les bovins présentant une patte cassée sont concernés par cette interdiction de transport s’ils ne peuvent se mouvoir par eux-mêmes. 

Ensuite, c’est le transporteur qui devra déterminer si, au moment du chargement, l’animal est toujours transportable, notamment s’il est capable de monter seul dans le camion. En cas d’arrivée à l’abattoir d’un animal qui n’était pas transportable, il peut être euthanasié et le transporteur peut être verbalisé.



Réaction : Pierre-Marie Caillaud, Président de la section bovine FDSEA

La profession est opposée aux deux alternatives ainsi proposées. L’abattage à la ferme des animaux accidentés n’est pas une solution pour un meilleur bien-être des animaux et ne résout rien puisqu’aucun abattoir n’accepte ces carcasses dans la chaine de commercialisation classique. Et en cas d’euthanasie, le coût économique à supporter par les éleveurs est important, dans un contexte où l’élevage manque déjà de rentabilité. Les éleveurs sont dans une impasse totale. Nous dénonçons fermement cette situation. La profession demande la mise en place d’un transport encadré évitant toute douleur supplémentaire à ces animaux. Nos demandes restent sans réponse.



Vous trouverez la liste des abattoirs susceptibles de réaliser l'abattage d'animaux accidentés en cliquant sur le fichier joint ci-dessous.

Fichier à télécharger
   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri49.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Destruction des couverts - Arvalis
920
météo
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Dailymotion

La question de la semaine

Comment trouvez-vous ce nouveau site ?

Vous avez déjà répondu à cette question.
Une nouvelle question la semaine prochaine.
Merci
Agri49

Agri49
14 Avenue Jean Joxé
49100 Angers
Téléphone : 02 41 96 76 29