Agri49
Accueil > Actualités

#FdseaJaTour : la rémunération des producteurs au coeur de la journée viande bovine

Aurélien Teneze
Le 13/12/2018 à 16:02 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Envoyer à un ami I Imprimer cet article
#FdseaJaTour : la rémunération des producteurs au coeur de la journée viande bovine
©agri49

80 éleveurs ont participé à une journée viande bovine organisée par la FDSEA et les JA sur la thématique « La viande bovine sur notre territoire ? Initiatives et perspectives ».

« L’élevage de vaches allaitantes, c’est avant tout des hommes et des femmes qui s’occupent et aiment leurs animaux, n’en déplaise aux associations anti-élevage, et des animaux qui entretiennent les territoires, les haies, les prairies, source importante de biodiversité, n’en déplaise aux associations environnementales » a déclaré Pierre Marie Caillaud, Président de la section bovine de la FDSEA. Une réunion que la FDSEA et les JA organisaient dans un contexte économique difficile pour la filière viande bovine mais qui avait pour objectif de montrer les actions menées du local au national et à l’international pour apporter des solutions à tous les éleveurs et à chacune de leurs exploitations.

Le revenu des producteurs au cœur des priorités de la FNB

La loi EGA a permis de mettre au cœur des débats la rémunération des producteurs et la notion de coût de production, ce qui n’était pas vrai jusqu’à aujourd’hui, que ce soit sur la scène politique ou dans les différentes filières agricoles. « Lorsque les éleveurs parlent coût de production, on nous répond que c’est le marché qui fait le prix » s’emporte Bruno Dufayet, Président de la Fédération Nationale Bovine. « Si l’on regarde les mois précédents et l’équilibre offre/demande, aujourd’hui ce n’est pas le marché qui fait le prix en viande bovine. Le coût de production doit être au cœur de la rémunération des producteurs et la Loi issue des Etats généraux de l’alimentation le confirme. » Elle prévoit désormais que les producteurs et les organisations de producteurs fassent des propositions de contrat à leurs acheteurs, intégrant les coûts de production et ce à chaque maillon de la filière. « La définition réglementaire du prix abusivement bas, clé de voute du dispositif, doit faire référence aux coûts de production, et ainsi apporter un levier juridique pour ne plus accepter de vendre en dessous des coûts de production » a martelé Bruno Dufayet.

20181213_Bruno_Dufayet.JPG
©agri49

Témoignages

Bruno Dufayet, Président de la FNB : « L’institut de l’élevage a travaillé sur le coût de production d’une vache charolaise R+. Selon les données de référence, pour un temps de travail estimé à 2300-2600 heures, et après déduction des aides PAC, le coût de production est de 4,64 €/kg. Les distributeurs s’étonnent du différentiel avec le prix de marché autour de 3,40€/kg actuellement. Ce sont les prélèvements privés et la vie social des éleveurs qui font le tampon. C’est inadmissible et intenable. »

Pierre-Yves Amprou, responsable du pôle économie et prospectives à la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire : « La production viande bovine est dynamique en Pays de Loire, 1 ère région française en volume et en valeur avec la présence des leaders nationaux de l’abattage découpe, mais elle subit un processus de décapitalisation qui est engagé depuis plusieurs mois dû à une conjoncture insuffisante pour assurer la rentabilité des capitaux investis. »

Pierre Marie Caillaud, Président de la section bovine FDSEA : « La démarche éleveur et engagé, initiée par la FNB, démontre qu’il est possible de payer les animaux au niveau des coûts de production sans augmenter le prix payé au consommateur. Il faut désormais l’étendre à beaucoup plus d’animaux en s’appuyant sur la Loi EGA et le plan de filière. »

Michel Brossier, responsable RHD à la Chambre d’agriculture et à Interbev Pays de la Loire : « Avec le Réseau local Anjou, la charte pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective et l’accompagnement technique de l’interprofession bovine, nous nous sommes dotés d’outils pour doper l’approvisionnement local en filières courtes comme en filières longues. »

Alain Denieulle, Président d’Interbev Pays de la Loire : « La stratégie export des Pays de la Loire se concentre sur le marché européen (Allemagne, Italie, Grèce), le pourtour méditerranéen et l’Asie du Sud Est. Nous avons porté beaucoup d’intérêt pour la Chine et avons la chance d’avoir un des seuls outils agréés pour ce pays en Pays de Loire, mais les flux commerciaux restent encore à construire. Sur le grand export, nous sommes néanmoins soumis aux décisions géopolitiques, aux monnaies, au climat… Ce sont donc des marchés très imprévisibles mais essentiels à notre région. »

Clément Traineau, administrateur JA 49 : « Un des points clés pour une installation en viande bovine est de gérer la reprise des capitaux et évidemment assurer leur rentabilité. Le FR2I mis en place par l’interprofession peut apporter une réponse en ce sens, en permettant à des jeunes de disposer d’un capital privé pour garantir les emprunts, pouvoir exercer un effet levier auprès des banques et faire aboutir des projets. »

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri49.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Clip musical JA49+FDSEA49
979
météo
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Dailymotion

La question de la semaine

Comment trouvez-vous ce nouveau site ?

Vous avez déjà répondu à cette question.
Une nouvelle question la semaine prochaine.
Merci
Agri49

Agri49
14 Avenue Jean Joxé
49100 Angers
Téléphone : 02 41 96 76 29